La mort de Venise encore une fois reportée

Après l’acqua alta à Venise, la peur est passée et surtout la mort de Venise est reportée à une date ultérieure. C’est une musique plus complexe et pas une marche funèbre que nous vous proposons d’entendre dans cet article écrit à 4 mains.

Depuis presque une semaine, Venise fait de nouveau la “une” de l’actualité dans le monde entier ou presque. Tous les pays où le seul nom de Venise fait rêver depuis des siècles – et la France n’est pas le dernier de ceux-là – s’émeuvent depuis que la cité amphibie, l’Unique, a connu une acqua alta exceptionnelle, mardi 12 novembre 2019 au soir, avec un pic de marée enregistré de 187cm à 22h50. 

C’est comme si d’un seul coup on s’était ressouvenu, parmi les nombreux autres sujets de préoccupation soumis par l’actualité internationale ou domestique, de l’immense valeur et de la non moindre fragilité de cette improbable réalité qu’est Venise. Que de fois n’a-t-on pas déjà, au cours des quatre derniers siècles, commenté sa décadence, son agonie, sa fin imminente. Et si c’était cette fois-ci l’Ultime, la mort enfin ?

Cette séquence d’affolement, ouverte par la marée de mardi soir s’est conclue ce dimanche 17 novembre, à 13h30, lorsque le pic d’une nouvelle marée très redoutée s’est limité à 150 cm à 13h30, en-dessous du pic de 160 cm prévu par le centre des marées de Venise (Centro Previsioni e Segnalazioni Maree) et plus loin encore de ce qui était redouté par beaucoup dans la ville.

Dimanche 17 novembre 2019 à13h35 (pic de marée de 150 cm) dans un café ouvert, zone Ragusei (Dorsoduro).

Dans l’attente de la marée plus haute que la plus haute

Pendant une semaine, l’imaginaire des habitants de Venise a cavalé au rythme des réseaux sociaux et des médias, entre réalité subie par certains, exagérations des autres, approximations des commentateurs extérieurs, peurs et gestion d’une opportunité pour quelques uns, dans l’attente du prochain coup de sirène précurseur de la marée altissimissima. Merveilleuse langue musicale et théâtrale à la fois qu’est l’italien, qui permet le superlatif du superlatif de alta (haute) : altissima en altissimissima. Après l’acqua alta de mardi (aussi surnommée en vénitien acqua granda, comme une réplique en mode mineur de celle du 4 novembre 1966 qui reste la plus haute de celles enregistrées), le thème de la catastrophe s’est donc nourri de tous les bruits de la ville, des clapotis de l’eau dans les calli où elle n’a habituellement pas cours. Dans cette ambiance, la prophétie de l’Apocalypse domani (demain) s’est répandue de manière capillaire et multiforme au travers des vantardises de connaissances qui se présentaient comme initiés, phénomène bien connu de la propagation des rumeurs. Une sorte de choeur où chaque « pupitre » pouvait jouer la même mélodie mais à des tempi différents.

La prophétie de la catastrophe ultime a ainsi amplifié l’imaginaire de l’événement réel de mardi dernier, non contestable mais où ce sont les pertes matérielles visibles qui ont le plus marqué les esprits ; le bilan humain variant selon les sources entre un mort et deux morts, par effets indirects de la marée.

Pendant toute la semaine, les personnalités politiques de tous ordres sont venues à Venise, pour entourer le maire de la ville, assurer de leur solidarité, promettre des fonds aussi illimités qu’incertains, et profiter un peu de l’exposition médiatique offerte. Le ballet de leurs hélicoptères, leurs promenades bottées place Saint Marc, devant caméras et photographes, les propositions d’aide affluant de tous les horizons, tout ceci ne signifiait-il pas que le pire était encore à attendre ?

Post Twitter du maire de Venise Luigi Brugnaro du 15 novembre. Sur les photos le maire est entouré de Luca Zaia Président de la Région Veneto, Matteo Salvini Leader de la Ligue, Francesco Moraglia le Patriarche de Venise.
Une fois de plus, la gestion de crise est une affaire d’hommes.

Comme toujours lorsqu’il s’agit de Venise, il y a une certaine emphase et un sens certain de la mise en scène. Les médias ne demandent pas mieux … les images sont tellement belles ! Et pour finir, voici les éditoriaux des écrivains et autres médecins spécialistes de la mort de Venise, qui dans un remarquable contretemps arrivent en retard sur l’événement, pour parer de leur notoriété et des habits de la vérité définitive ce qui n’est que nouveautés obsolètes déjà de nombreuses fois lues et relues.

Les problèmes de la planète sont réels, l’Apocalypse de Venise attendra

En réalité, si nul ne peut prétendre à l’heure actuelle quantifier sérieusement les dommages -il faudra pour cela au moins des mois-, on peut parier que le mode de vie particulier de Venise n’en sera pas durablement modifié, pas cette fois-ci . Ceux qui ont été inondés ont fait le tri, ils ont nettoyé et séché, certains continueront encore pendant quelques jours ou semaines, puis ils réaménageront les locaux en comptant sur les dédommagements promis.

Pendant ce temps, les services de nettoyage de la Veritas font face à une marée de débarras qui n’ont pas tous à voir avec l’eau, il y a aussi des grands ménages qui sentent l’effet d’aubaine, envahissant les rues et les ponts (points hauts), si bien que le tri sélectif des ordures ordinaires est suspendu.

Certains commerces n’ont jamais fermé, beaucoup de ceux que l’eau a visité sont déjà ouverts avec des rayonnages près du sol démunis. Dimanche par exemple le supermarché Conad des Zattere (quai du sud du centre historique devant lequel passent les grandi navi de croisières) est resté ouvert même pendant le pic de la marée, alors que le quai était submergé : ses linéaires bien fournis sont tout simplement rialzati  (surélevés par rapport au niveau du quai).

Finalement, la peur de l’Apocalypse annoncée s’est transformée, à partir du pic de la marée de dimanche midi, en une certaine excitation partagée face à un événement essentiellement bénin, comme face à une importante chute de neige là où ce n’est pas fréquent. 

Un apéro “sauvage” les pieds dans l’eau, devant l’auditorium de Santa Margherita, dimanche 17 novembre 2019 pendant l’acqua alta.

Les gros titres du journal régional Il Gazzettino de lundi 18 novembre 2019. “Les écoles rouvrent. La peur est passée”

Maintenant que l’acqua alta de dimanche est passée et que le scénario le plus extrême si redouté ne s’est pas produit, il y a une sorte de relâchement des tensions. Ce lundi 18 novembre, aux terrasses ensoleillées des cafés dans la zone populaire de Santa Marta un jour de marché, nombreux étaient les récits des instants difficiles, des sauvetages réels ou enjolivés de mardi soir, d’une semaine particulière qui aura bien troublé la Sérénissime… mais le trouble est un des sentiments que Venise provoque depuis si longtemps et n’a pas encore fini d’inspirer. 

Linge qui sèche ce lundi 18 novembre au matin à Santa Marta.

La part de l’eau

Opération de ramassage par la Veritas. On note des objets entassés sur les marches du pont de San Sebastiano.
Ponte dei Carmini (Dorsoduro) lundi 18 novembre au matin

Ce matin c’est un début de semaine qui s’ouvre dans une Venise joyeuse inondée de soleil. Néanmoins, la vision que présentaient de nombreux ponts et aussi des campi (places) était celle d’empilements d’objets obsolètes (et si on regarde bien, pas tous mouillés), stockés depuis des années dans des entrepôts en rez-de-chaussée, comme si on avait déjà par avance fait la part de l’eau en laissant ces objets dans des lieux par nature inondables.

Si nous nous attardons un peu sur les objets de la deuxième photo (de gauche à droite), on y voit : des morceaux de vieux ordinateurs périmés, un scanner, un moniteur ou une télé à tube, des vieux claviers d’ordinateurs, un téléphone filaire, un poste radio des années 80, un frigo rouillé de longue date sur le bas, une valise en carton bouilli, un aspirateur du siècle dernier, des cartons d’emballage d’objet plus récents mais sans les objets. 

Cette photo est à l’image de nombreuses autres dans le même thème : à chaque fois, l’accumulation d’objets défraichis et ou obsolètes que nous pratiquons tous (dans nos caves et greniers pour ceux qui vivent en dehors de Venise). Notons que ces jours d’acqua alta, il y a également une grande tolérance sur les sgomberi (débarras) puisque l’on peut mettre dehors des objets sans contravention et sans limite de volume, contrairement au règlement habituellement strict (et globalement très respecté) de la Veritas, société de ramassage des ordures et de nettoyage à Venise.

C’est aussi une photo probablement à l’image de la grande majorité de nos débarras à tous, mais qui à Venise, sont plus ou moins à la portée de l’eau : les fameux magazzini  en rez-de-chaussée. Une somme d’objets qui sont tous obsolètes depuis au moins 15 ans. Dans le cas contraire, celui par exemple du conservatoire Benedetto Marcello de Venise qui a laissé à la portée de l’eau des partitions rares et anciennes, on pourrait faire l’hypothèse d’une combinaison d’incompétence, de négligence, d’amateurisme ou d’excès de confiance, voire de duplicité … 

C’est notamment à Venise qu’on a inventé l’assurance mais ce n’est surement pas à Venise qu’on a inventé l’escroquerie à l’assurance….

Pubblicato da veneziaquiviviamobene

J’ai ouvert ce blog pour laisser une petite trace de ce que j’ai écrit sur Venise au cours de ces dernières années. Et pour ce qui s’écrira au futur … “Qui viviamo bene” c’est d’abord une inscription taguée en lettres majuscules sur un mur de Santa Marta à Venise. J’ai choisi ce pseudonyme pour mon compte instagram en 2016 (@quiviviamobene); en effet cette assertion : “ici on vit bien” résonnait en moi comme un cri du coeur : un cri de plaisir et de désir; une revendication du droit à (la joie de) vivre bien à Venise. Au fil du temps le graffiti s’efface. À chaque fois que je passe devant, je rêve de le retrouver fraîchement repeint…

Unisciti alla discussione

1 commento

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Crea il tuo sito web su WordPress.com
Crea il tuo sito
%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: